Un pour la route
+ Art, Vérité & Politique de Harold Pinter

Mise en scène Katell Daunis

Du jeudi 2 au mardi 7 octobre 2014
Théâtre le Verso - Saint-Étienne

Du mardi 14 au dimanche 19 octobre 2014
Espace 44 - Lyon

« Il faut être scrupuleux avec le langage. »

En 1984, Harold Pinter se trouve dans un cocktail mondain à Londres. Il est indigné par une conversation portant sur la torture alors systématiquement pratiquée dans les geôles turques, écoeuré par l'indifférence et le déni de ses interlocutrices. Le ton monte, le débat se fait absurde. Puis finalement Pinter rentre chez lui, se sert un verre de whisky, et commence à écrire Un pour la route. Imprégnée de cette alcoolémie et de cette colère, la pièce est courte, précise, sanguine, engagée, et marque un tournant dans l'oeuvre de Pinter.


Toute vérité est relative à une parole, une énonciation. Lorsque cette parole est détenue par un seul homme, et que celui-ci anéantit toute liberté d'opinion et force de contradiction, alors on bascule dans une situation totalitaire, qui par définition, est violente. C'est exactement le cas dans Un pour la route. Je ne souhaite révéler ni les causes ni les effets concrets de cette violence. Ce qui m'intéresse c'est de comprendre comment cette violence agit, comment un être peut en dévaster un autre par l'usage unique de la parole.

À travers la fiction de Un pour la route et un travail choral sur les textes plus théoriques de Pinter, je souhaite comprendre au théâtre la relation Art & Vérité et aussi questionner le principe d'innocence. Observer de près la frontière qui sépare les bourreaux de leurs victimes, m'apercevoir qu'elle est mince et peut-être même poreuse...

Création en résidence – 2014
Co-production Théâtre le Verso (Saint-Étienne)

Un pour la route

Harold Pinter de Justin Mortimer
© National Portrait Gallery, London

Équipe

Mise en scène
Katell Daunis
Jeu
François Gorrissen
Arthur Fourcade
Lucile Paysant
+ un choeur public
Technique
Charles Boinot